fbpx
+33622221576 e.bernoussi@live.fr

Sommes-nous de plus en plus infertiles ? 

Aujourd’hui, il est bien reconnu à travers diverses études que l’infertilité concerne autant les femmes que les hommes.

Dans les couples, l’infertilité provient pour 30 % des femmes, pour 30 % des hommes, ou des deux (30 %), 10 % à 15 % des infertilités restant «inexpliquées ». Exposition aux polluants, mauvaise alimentation, tabagisme, obésité, sont des facteurs de risque connus.

En effet, une méta-analyse publiée en 2017 par l’épidémiologiste Shanna Swan révèle que la concentration de spermatozoïdes a diminué de 50 % en moins de quarante ans chez les hommes d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Australie.

« Il y a aussi une augmentation du nombre de cancers des testicules + 2,5 % par an en France et des malformations congénitales des organes reproducteurs masculins, certainement liées aux perturbateurs endocriniens, souligne Samir Hamamah. Il est temps de réagir et de lutter contre la perception que l’infertilité est une maladie honteuse. C’est une maladie comme les autres, qui touche aussi bien les hommes que les femmes. »

Le facteur « âge »

Mais le facteur le mieux identifié pour expliquer la baisse de la fertilité, c’est l’âge. L’âge moyen à la première maternité continue de croître dans tous les pays occidentaux. 

En France, il était de 24 ans en 1974, contre 30,6 ans en 2017. Désormais, 21 % des femmes qui accouchent ont plus de 35 ans. Or, après 30 ans, leur réserve ovarienne commence à diminuer et, après 35 ans, elle chute brutalement.

« De plus, l’appareil reproducteur des hommes vieillit plus lentement, mais il vieillit ! explique le Pr Charles Coutton, du laboratoire de génétique chromosomique au CHU de Grenoble. 

Avec l’âge, les mutations génétiques dans l’ADN des spermatozoïdes augmentent, ce qui aggrave le risque de fausse couche ou, chez l’enfant à naître, les risques de malformation et de maladie neuro-développementale. » 

Or, dans un couple, l’homme est en moyenne plus âgé que la femme, de trois ans environ. Les femmes faisant leur enfant plus tard, avec des hommes plus âgés, cela cumule les risques d’infertilité…

Par Marina Julienne dans le journal Le Monde

Publié le 01 novembre 2021